The love itch

The love witch

Ma sorcière mal aimée

De quoi ça parle ?

Elaine, une jeune et belle sorcière, est déterminée à trouver l’homme de sa vie. Disposant pour ce faire d'un physique des plus avantageux, comme de potions et autres formules magiques, elle attire de nombreux hommes…Mais semble les rendre tous malheureux, voire décédés.

Recommandé par rating.site.name

Nous sommes très fiers cette année d'être le partenaire du festival du film de fesses (Plus d'infos ici: www.lefff.fr), un événement unique en son genre dédié à l'érotisme, à la célébration du corps et des sens. Parce que le cinéma ne doit pas être enfermé dans des genres et parce que le sexe n'est pas forcément vulgaire...Ce titre fait partie de la sélection que nous avons imaginée ensemble pour réchauffer vos organes et enflammer vos coeurs.

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

{...} C'est le style qui fait le charme du film ! Les effets sont kitsch assumés et c'est sympa de voir un film de sorcière moderne aussi assumé. Le discours sur la reappropriation du pouvoir et le feminisme est très clairement intégré. Le film ne se moque pas de son fond mais est très parodique.

Lire la critique complète de Lys sur SensCritique

Voir la fiche du film sur SensCritique

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

The Love Witch, second long-métrage, après dix ans d’attente, d’Anna Biller est-il à la hauteur des nombreuses dithyrambes déjà suscitées outre-Atlantiques ? Réponse : définitivement, oui.{...} Propos clair pour héroïne tordue, palette chatoyante, sexy, pour ce qui peut se lire obliquement comme un commentaire sur l’industrie du sexe (quant à la sensation de pouvoir, en utilisant son corps comme monnaie d’échange, succède l’annihilation de soi, le sentiment dépersonnalisant de n’exister que par le désir de l’autre), même si d’aucuns préféreront en rester aux séances d’effeuillage, refus de la moralisation sans balayer le bon sens (celle qui incarne en ouverture la voix de la raison paie chèrement sa volonté d’indépendance), The Love Witch condense tout cela par un style à la maîtrise confondante, les allers-retours virtuoses d’une réalité fantasmatique à un cauchemar domestique implacablement croqué. Cruel, désespéré, euphorisant de brillance formelle… Ne reste plus qu’à espérer ne pas avoir à attendre dix ans de plus pour un nouvel ensorcellement signé Anna Biller.

Lire la critique complète de Jean Gavril Sluka sur Film Exposure

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

{...}The Love Witch tient en un fragile et curieux équilibre qu'on retrouve dans assez peu de longs métrages. C'est un film en permanence sérieux sur les sujets qu'il traite... mais qui a toujours ou presque la forme d'une farce. D'une parodie, sans jamais être moqueur. Avec ironie, mais toujours avec bienveillance. Voilà une balance tout à fait acrobatique et qui fait le principal intérêt de The Love Witch, et de son ton si à part. Il y a un charme certain qui se dégage de cet hommage en 35mm à l'horreur gothique, tout comme une fantaisie surprenante avec ses harpistes chantant de la di da tralala, ses peintures de licornes et nibards, ces incursions WTF dans l'imaginaire du Puy du Fou. Soyez-en sûr, ce spectacle-là ne ressemble à aucun autre.

Lire la critique complète de Nicolas Bardot sur Film de Culte

Voir le film

WTF ?

  • Film américain
  • Genre : Maléfices féministes
  • Réalisé par : Anna Biller
  • Avec : Samantha robinson, Elle Evans, Jeffrey Vincent Parise
  • Durée : 2h
  • Film en VOST

#ça fait réfléchir

#petit cochon

#kiss&love

#halloween

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Les sortilèges
  • + Les films de genre
  • + Le rouge
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Le maniérisme
  • + Le spiritisme
  • + Les trucs en "-isme"

Avertissements

SexDrug

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)