Gook
placeholder

Gook

La Haine à L.A.

placeholder

De quoi ça parle ?

En 1992 à Los Angeles, Eli et Daniel sont deux frères américains d'origine coréenne qui luttent pour garder à flot le magasin de chaussures familial. Ce sont les copains improbables de Kamilla, une jeune fille afro-américaine âgée de onze ans qui sèche l'école pour venir en secret dans leur magasin. Quand Keith, le frère de Kamilla, découvre qu'elle passe son temps avec «ces gooks», il se venge sur eux. En attendant, le jour de l'annonce du jugement de Rodney King, synonyme des émeutes les plus violentes de l'histoire américaine, se rapproche.

Ce qu'on en pense sur Outbuster

"Gook" c'est l'équilibre parfait : la réalisation est très belle, les acteurs sont sublimes, ce n'est jamais prétentieux, c'est drôle, intelligent, simple et complexe à la fois, divertissant et, wow, c'est touchant. Et le noir et blanc est d'une grande classe. Dans la lignée de "Do the right thing", "La Haine" et "Gran Torino" pour citer quelques petits films, mais "Gook" trouve sa propre personnalité et parvient à se démarquer aisément. Le film est écrit, réalisé et interprété par Justin Chon - un des acteurs de la saga "Twilight" (!) - qui se dévoile comme une des plus belles révélations artistiques de ces dernières années.

Ce qu'on en pense sur On se fait un ciné

A travers Gook, Justin Chon veut nous montrer à quel point les tensions raciales présentes autour de nous peuvent nous pousser à réaliser l’impensable mais surtout à nous faire perdre ceux qu’on aime le plus. Justin Chon endosse d’ailleurs le rôle de réalisateur mais aussi celui de l’acteur principal. Le trio de tête nous fait rire, pleurer mais aussi réfléchir. L’une des plus belles surprises du Festival de Deauville avec une vraie maîtrise de l’exercice de style.

Lire la critique complète de Margaux sur On se fait un ciné

Ce qu'on en pense sur The Guardian

Shot in lustrous black and white, and paying close attention to the bubbling interracial tensions between LA’s immigrant communities, Chon’s film directly references Mathieu Kassovitz’s 1995 banlieue movie La Haine, though there are also detectable traces of Charles Burnett and John Cassavetes in its character-driven drama and jazz score. Yet in rooftop conversations, an impressionistic dance sequence that takes place in a parking lot and a devastating conclusion that teeters on the edge of melodrama, Chon finds a tone all of his own.

Lire la critique complète de Simran Hans sur The Guardian

Ce qu'on en pense sur SensCritique

Cher Justin, Je n'ai pas vu la saga Twilight donc je ne sais pas d'où tu viens en tant qu'acteur. En ouverture de la projection de ton film au festival de Deauville 2017, tu nous as dit - via une petite vidéo - que tu ne pouvait pas être présent parce que tu tournais en même temps pour la télévision afin de gagner ton pain. A l'issue de la projection de Gook je t'encourage à continuer d'œuvrer pour convaincre les producteurs et distributeurs de nous transmettre l'étendue de ton talent de réalisateur. Je ne sais pas si le film "La haine" t'a inspiré, mais j'ai été sensible à tout ce que ce film partage avec le (seul, mais la sagesse de l'âge l'amènera à en réaliser plein d'autres à la hauteur de son talent) chef-d'œuvre de Mathieu Kassovitz : le sujet, les thèmes, la puissance du noir et blanc et du cadrage, l'onirisme de certaines scènes de transition, la force incarnée des personnages par leur construction et les dialogues,... Là où Mathieu utilisait parfois les plans fixes esthétiques froids mais implacables à outrance, ton film privilégie le mouvement et le côté brulant des relations difficiles. L'objectif est le même et aussi réussi : le plus dur ce n'est pas la chute, c'est l'atterrissage. Hâte de te revoir pour cette fois défendre en live la force de ton cinéma. Bien à toi.

Lire la critique complète de Denisio Del Sancho sur SensCritique

Voir le film
Partager
Ajouter aux favoris ( bientôt ! )

WTF ?

  • Film américain
  • Genre : Chef d'oeuvre
  • Réalisé par : Justin Chon
  • Avec : David So, Curtiss Cook Jr., Simone Baker
  • Durée : 1h34
  • Film en VOST

#dramakif

#crise d'ados

#ça fait réfléchir

#heartbeat

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Les chaussures
  • + Les années 90
  • + Le noir et blanc
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Le mot "fuck"
  • + Les voitures taguées
  • + Les émotions fortes

Avertissements

Violence

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)