Alipato

Alipato

Punk is not dead

De quoi ça parle ?

2025 : les bas quartiers de Manille, marécages de la création, dépotoir à la sauce disco. Des chants surgissent d’une jungle d’ordures éclairée de feu d’artifices. Le rideau s’ouvre sur l’histoire du gang Kostka : des enfants de 2 à 10 ans, armes à feux en main, cigarettes à la bouche, langage ordurier et « fuck you attitude ». Tribu de freaks adeptes de toutes les perversions, ils guident leur fanfare de violence à travers un labyrinthe de décadence, de vols à mains armées et de meurtres. Enfermés pour 20 ans à la suite d'un braquage, on les retrouve à leur sortie, moins polissons mais toujours aussi cons. D'autant plus qu'ils disparaissent mystérieusement un par un...

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

“Alipato” is a bit difficult to watch, particularly for those not used with Khavn’s style, but is definitely a masterpiece, a very entertaining spectacle on all aspects. NDLR: CRITIQUE COMPLETE EN ANGLAIS.

Lire la critique complète de Panos Kotzathanasis sur Asian Movie Pulse

En bonus sur rating.site.name

Le réalisateur Khavn de la Cruz a gagné le titre de « père du cinéma digital philippin », ses films celui de « Manila Guérilla » puisque réalisés sans autorisation dans les quartiers les plus pauvres de Manille. Le réalisateur fait se téléscoper documentaire et fiction, horreur et comique, politique et porno, le tout dans un pur esprit DIY. NDLR: EMISSION DISPONIBLE EN INTEGRALITE SUR ARTE.TV (inutile de dire qu'on vous la recommande chaudement).

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

{...}Souvent vulgaire, toujours gratuit, Alipato pulvérise allègrement toute notion de moralité et profite de sa totale liberté pour se permettre d’enfreindre tous les tabous imaginables, au point de devenir l’un des films les plus authentiquement choquants de l’histoire du cinéma, à défaut d’être le plus plaisant. Non décidément, l’esprit punk de Khavn n’est pas galvaudé…{...} Mais qu’on apprécie ou qu’on déteste les délires de Khavn, sa maestria et sa liberté absolument TOTALES font du bien à voir dans cette époque de cinéma formaté et faisandé. Cette « brève vie d’une braise », incandescence dans le feu mourant, allume dans nos yeux une étincelle de folie douce. Voilà enfin un réalisateur étranger qui n’ira pas se perdre en tournant un énième Avengers…à moins de transformer l’affaire en gigantesque partouze comico-gore !

Lire la critique complète de Gregory Cavinato sur Action Cut

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

Alipato, brief life of an ember était bizarrement décrit comme la vie d'un gang d'enfants dans un bidonvilles de Manilles et pas comme une baffe cosmique inespérée. Démarche quasi documentaire blindée d'humour noir, quelque part entre La cité de dieu, El Topo et un Wes Anderson. Ecrit, réalisé, monté, mis en musique et interprété par Khavn, Alipato est le genre d'œuvre totale à mi chemin entre ciné et art contemporain, distribuant des images aussi fabuleuses que cruelles du fond de son bidonville.{...}

Lire la critique complète de Cinematogrill sur SensCritique

Voir la fiche du film sur SensCritique

Voir le film

WTF ?

  • Film philippin
  • Genre : Punkerie
  • Réalisé par : Khavn de la Cruz
  • Avec : Dido de la Paz, Bing Austria, Marti San Juan
  • Durée : 1h28
  • Film en VOST

#ça va saigner

#no brain no pain

#punks not dead

#petit cochon

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Les marges
  • + Le cinéma guérilla
  • + La liberté
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Les exercices de style
  • + Les couleurs saturées
  • + Les punks

Avertissements

ViolenceSexDrug

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)