The greasy strangler

The greasy strangler

Le disco tue encore

De quoi ça parle ?

Nous ne sommes pas certains que résumer un tel film soit vraiment utile mais pour notre propre santé mentale (et la votre...après avoir regardé ce film), il est probablement nécessaire de rationaliser ce délire WTF bien gras. Bref, le pitch: Ronnie organise un Disco Tour avec son fils, Brayden. Un jour, une femme séduisante y participe, créant une rivalité amoureuse entre le père et le fils. Au même moment débarque un étrangleur huileux qui arpente les rues la nuit. Huileux et nu, devrions-nous préciser.

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

[...] The Greasy Strangler est une sorte de slasher trash, scato, décalé, qui parvient à parler de filiation (le final en arrive même à être touchant et très parlant sur ce thème, belle déclaration d’Amour filial) et de relations sentimentales et sexuelles (on pourrait psychanalyser la Tina dans le fait de se taper et le père et le fils) en même temps que de délivrer un humour ravageur, irrévérencieux, absurde, n’ayant peur ni de forcer, ni du kitsch. C’est inexistant en France (dans le décalage comme ça, j’ai presque pensé à Gaz de France, mais les deux films sont en fait peu semblables), frais, cohérent dans sa folie, et risqué : typiquement le style de spectacle qu’on adore ou qu’on déteste. Votre serviteur bas du front mais pas tant que ça (enfin j’ose espérer) fait partie de la première catégorie.

Lire la critique complète de Alexandre Santos sur Fais pas genre !

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

[...] Ne cherchez aucune beauté, grâce ou intelligence dans The Greasy Strangler. L’humour scatologique fait loi et la spontanéité tient de l’ignoble. Le duo infantile et malsain formé à l’écran par Sky Elobar et Michael St. Michaels marche parfaitement. Ils donneront tout et plus encore. Leur performance à l’écran est encore plus spectaculaire que le réalisateur prend un malin plaisir à filmer de la façon la plus immonde ces corps au physique déjà très ingrat. En particulier lorsqu’un triangle amoureux viendra se former avec l’arrivée de Janet (Elizabeth De Razzo) dans leur vie déjà bien bancale. Impossible de vous en révéler plus de ce que contient ce film au risque de vous gâcher la surprise de cette expérience absolue. The Greasy Strangler est une comédie à vivre en groupe dans une salle de cinéma chauffée à blanc que vous ne verrez nulle part ailleurs. Un grand merci à Jim Hosking d’avoir imaginé un film aussi drôle et fucked up. Bullshit artist !

Lire la critique complète de Alexis Hyaumet sur Screen Mania

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

Il y a des films comme ça qui, une fois le visionnage fini, t’amènent immédiatement à l’esprit certaines interrogations. Où est-ce qu’ils voulaient en venir ? Quelle est réellement la finalité d’une telle œuvre ? Pourquoi ce film ? Avec cette sensation très étrange de ne pas savoir si on a aimé ou pas ce qu’on vient de voir. Cette impression d’avoir assisté à quelque chose de très particulier qui quelque part risque de vous marquer un moment, une sorte d’OFNI à la fois glauque, dérangeant, dérangé, barré, perturbant. Parfois rigolo. Parfois dégueulasse. Ce genre de film très référentiel, très étrange, et surtout complètement WTF qui, même si tu sais au fond de toi que ce n’était pas très bon, mérite quoi qu’il en soit le coup d’œil. Ce film c’est The Greasy Strangler, et l’expérience était sincèrement très bizarre. [...]

Lire la critique complète de cherycok sur Dark Side Reviews

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

[...] THE GREASY STRANGLER doit beaucoup à ses acteurs qui sont tous aussi bons les uns que les autres. Mention spéciale à Michael St. Michaels qui parvient à rendre charismatique un personnage abominable à tous égards. Et puis il y a aussi la musique qui donne vraiment le ton du film, associée à une mise en scène so british, et à un production design soigné, à des effets gore réussis, l'ensemble donne une espèce de balade complètement folle dans un univers délirant.

Lire la critique complète de Sophie Schweitzer sur Sueurs Froides

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

[...]Dés le départ, l’idée porte à rire et le film est en effet une comédie. Mais une comédie d’un genre bien particulier. Aussi vulgaire par moment que… franchement glauque. Le résultat surprend car malgré un rythme assez lent et une BO volontairement caricaturale des années disco, le film est réellement drôle et esthétiquement trés bien vu, autant dans les costumes que dans les décors ou la façon de « choquer ». Ne vous étonnez pas ainsi de voir des paires de fesses ou de seins à l’écran ! Tourné avec un trés petit budget, cela se ressent forcément à l’écran mais pour le coup, ça apporte une touche d’humour supplémentaire. Difficile d’en dire plus si ce n’est que le film ne semble jamais trop long malgré son rythme et qu’il y a de quoi s’amuser !

Voir la fiche du film sur SensCritique

Voir le film

WTF ?

  • Film américain
  • Genre : Inclassable mais sale
  • Réalisé par : Jim Hosking
  • Avec : Elizabeth De Razzo, Sky Elobar, Michael St. Michaels
  • Durée : 1h33
  • Film en VOST

#zygomatik

#au-delà du réel

#petit cochon

#halloween

#bourpifs

#punks not dead

#no brain no pain

#nanarschisme

#monstres&cie

#ça va saigner

#cartooneries

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Les trucs gras
  • + Le disco
  • + Les répétitions
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Les slashers frits
  • + Les films sans tête avec queue
  • + Avoir la nausée

Avertissements

ViolenceSexDrug

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)