Burn-burn-burn
placeholder

Burn burn burn

Quatre messages et un enterrement

placeholder

De quoi ça parle ?

Si on vous dit que le film s’ouvre sur une scène d’enterrement, (Dan, mort d’un cancer foudroyant du pancréas à 29 ans) ça vous donne envie ? Mais si on vous dit qu’il a laissé une clé USB destinée à ses deux meilleures amies, afin qu’elles aillent disperser ses cendres dans des lieux qui ont marqué sa vie ? (Sympa la chasse au trésor.) C’est alors un véritable road-trip qui commence pour les deux filles, au gré des rencontres, du cheminement intérieur et des tupperwares.

Ce qu'on en pense sur Abus de ciné

Très intelligemment écrit, le film maintient du début à la fin le juste équilibre qui alterne, dans un timing parfait, des scènes savoureusement drôles avec d’autres qui vous remuent puissamment les tripes. Une narration pudique et sincère qui d’une pirouette renverse la vapeur pour ne pas plomber l’ambiance. (...) « Burn burn burn » séduit aussi par la fraîcheur d’interprétation de ses deux actrices. Laura Carmichael (mondialement connue comme Lady Edith dans la série "Downton Abbey") joue à merveille la naïve faussement écervelée, alors que Chloe Pirrie est réellement touchante en femme blessée qui s’est construite une carapace de fille renfrognée, droite dans ses bottes. Autour d’elles gravite une multitude de seconds rôles profondément attachants, reflets de ce road trip qui ne connaît aucune fausse note, jusqu’à sa scène finale majestueuse, ponctuée évidemment d’un joli contrepied inattendu. Il n’en faut pas plus pour que l’on soit définitivement conquis par cet excellent premier film de Chanya Button. Un nom à retenir, assurément.

Lire la critique complète de Gaëlle Bouché sur Abus de ciné

Ce qu'on en pense sur Outbuster

Si le film aborde la question du deuil, vous vous en doutez, l’enjeu ne s’arrête pas là, et c’est tout un chapelet de questions existentielles qui sont abordées, de façons plus ou moins subtiles. Couple, famille, amitié, orientation professionnelle… tout y passe, sous la parole insensible de Dan qui profite de sa situation pour balancer à la face du monde ses quatre vérités. Bien que présent uniquement à travers ses vidéos à titre posthume, Dan reste un protagoniste bien présent et dont l'autodérision et le charisme crèvent l’écran, apportant de la légèreté et dédramatisant la situation. Plaçant ainsi le film sous le signe de la « dramédie ». Nous passons du rire au pincement au cœur, sans jamais être réellement malmenés, car Burn Burn Burn garde une narration assez standardisée. Mais les écueils sont évités grâce aux personnages, très bien écrits. En effet, bien que partant d’un scénario avec un concept original, le film ne fonctionnerait pas sans ses têtes d’affiches. Bien qu’on soit dans un cinéma conventionnel et classique, tant sur la forme que sur le fond, on ne peut pas enlever au film la singularité de son scénario, son rythme qui nous tient en haleine, ses dialogues justes (voir surprenants et inattendus), ainsi que sa bonne dose d’humour. C’est donc dans un road-movie très british, aromatisé à la comédie et sous-poudré d’humour noir que Burn Burn Burn nous entraîne.

Ce qu'on en pense sur SensCritique

Burn Burn Burn réussit l'exploit de faire d'un buddy movie testamentaire un film à la vitalité débordante. On passe du rire aux larmes, de l'exaspération à l'empathie dans un maelstrom émotionnel. Le film en fait trop, il jaillit de l'écran, et pourtant c'est ce qui l'anime, et on suit nos deux héroïnes dans leurs péripéties, les yeux de plus en plus humides mais le sourire au lèvre (nous, pas les héroïnes). Laura Carmichael saura étonnée les fans de Downton Abbey, quant à moi je retiens les yeux au ciel de Chloe Pirrie.

Lire la critique complète de SusieDerkins sur SensCritique

Voir le film
Partager
Ajouter aux favoris ( bientôt ! )

WTF ?

  • Film anglais
  • Genre : Road-trip postum
  • Réalisé par : Chanya Button
  • Avec : Chloe Pirrie, Julian Rhind-Tutt, Laura Carmichael, Joe Dempsie
  • Durée : 1h46
  • Film en VOST

#dramakif

#feelgood

#zygomatik

#heartbeat

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Thelma et Louise
  • + Les soirées dans la paille
  • + Les tupperwares
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Les tapis moches
  • + Les testaments en vidéo
  • + Les auto-stoppeurs

Avertissements

Tout public

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)