World of Kanako

En ce moment, ESSAI GRATUIT SANS CB avec le PASS 0€

World of Kanako

Taken sous LSD

De quoi ça parle ?

Fujishima, ancien flic violent et alcoolique, a perdu son job et sa famille le jour où il a tabassé l'amant de sa femme. Poussé au divorce et devenu depuis agent de sécurité, il est sous médocs pour tenter de calmer ses pulsions. Il n'a plus vu sa famille depuis plusieurs années jusqu'au jour où son ex-femme l'appelle en lui disant que leur fille Kanako, désormais au lycée, a disparu depuis quelques jours. Fujishima découvre vite que sa fille, qui pourrait presque passer pour un ange à première vue, cache en fait une face beaucoup plus sombre en étant notamment mêlée à un sordide trafic de drogues. En se mettant sur les traces de Kanako, son père va même se retrouver embarqué dans des histoires dépassant la simple affaire de stupéfiants. Traqué à la fois par des voyous prêts à tout pour récupérer quelque chose que Kanako a volé et une police ayant visiblement des choses à cacher, Fujishima continue désespérément de chercher sa fille...

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

[...]The World of Kanako est donc une expérience sous drogue qui nous prend à la gorge du début jusqu’à une fin malheureusement un peu poussive, comme un mauvais retour à la conscience après un trip sous LSD. Mais le film a tellement tout emporté sur son passage pendant près de deux heures qu’on lui pardonne facilement cet épilogue dispensable. Une bombe vous dis-je.

Lire la critique complète de Baptiste Salvan sur Fais pas genre !

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

Il y a du Tarantino et du Park Chan Wook dans ce polar terminal. Avec sa science du cadrage et la cadence incroyablement soutenue du montage, l'énergie folle de The World of Kanako relève de l'inédit. Les semblants de repères, comme ce détective archétypal partant à la recherche de sa fille, qui n'a rien à envier à Laura Palmer, sont une fausse trappe. En quelques giclures de sang, The World of Kaneko anhihilera tout sur son passage, l'innocence, l'amour, la famille, l'humanité. Tetsuya Nakashima révéle un cœur noir anthracite, susceptible de donner des complexes à David Fincher. Polar terminal, je vous dis.

Lire la critique complète de Dalecooper sur SensCritique

Voir la fiche du film sur SensCritique

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

[...]The World of Kanako ne ressemble jamais à un thriller classique et ne ressemble d’ailleurs à rien d’autre qu’à lui-même. C’est un ouragan. Montage ultra-saccadé, couleurs chatoyantes, changement de registres brutaux (mais habiles), recours presque subliminaux à l’animation, structure en flashbacks… ces effets pourraient paraître gratuits mais forgent au contraire un ensemble cohérent et particulièrement dense, un remous permanent qui parfois épuise mais le plus souvent fascine. Tout ceci serait sans doute stérile si, dès la citation placée en exergue, Nakashima ne plaçait pas son film dans l’héritage inattendu du surréalisme. De Cocteau à Lewis Carroll, on a beaucoup théorisé sur les symboles et métaphores autour des psychotropes dans l’œuvre des surréalistes. Il est effectivement question de drogues dans The World of Kanako. Au sens propre bien sûr, mais aussi de manière plus imagée. Et c’est sur ce terrain-là que Nakashima se singularise le plus. En prenant suffisamment au sérieux la propre folie qu’il peut injecter dans ce récit en le distordant, il témoigne d’une confiance enthousiasmante dans la technique du médium cinéma. Voilà un cinéaste qui n’a pas peur l’image, qui n’a pas peur du montage, qui parvient à garder le cap sans jamais se laisser piéger par sa propre fantaisie. [...] Pour tous, c’est comme si la chute de plus en plus profonde dans la psyché de Kanako, le manque progressif d’oxygène et de discernement, venaient dilater le réel. Jusqu’à flirter avec le fantastique, lors d’une séquence où la quête virerait presque à la chasse au démon mythique. L’expérience n’est pas loin d’être la même pour le spectateur, hypnotisé mais aussi parfois privé de respiration par un film qui prend à la gorge et ne connait pas répit. The World of Kanako peut paraitre anxiogène, mais c’est surtout un chef d’œuvre flamboyant.

Lire la critique complète de Gregory Coutaut sur Film de Culte

Ce qu'on en pense sur rating.site.name

[...] En conclusion, The world of Kanako donne un coup de fouet et renouvelle le thriller japonais (avec les productions de Sono Sion), à l’égal de ce que produit le cinéma coréen depuis une quinzaine d’années. En espérant qu’il ne s’agisse pas d’un coup d’essai mais que d’autres films du genre apparaîtront. Dans tous les cas, Tetsuya Nakashima doit être un réalisateur à suivre pour son audace et son talent.

Lire la critique complète de Damien C. sur Ciné-Asie

Voir le film

WTF ?

  • Film japonais
  • Genre : Oeuvre à part
  • Réalisé par : Tetsuya Nakashima
  • Avec : Miki Nakatani, Kôji Yakusho, Nana Komatsu, Satoshi Tsumabuki
  • Durée : 1h58
  • Film en VOST
Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Tarantino unlimited
  • + L'outrance
  • + Les gentils pas gentils
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Taken
  • + Les couleurs vives
  • + Les cagoles

Avertissements

ViolenceSexDrug

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)