Love-and-other-cults
placeholder

Love and other cults

Oliver Twist au Japon (en fille)

placeholder

De quoi ça parle ?

Ai n'a pas vraiment eu de chance dans la loterie de la vie. Rejetée par sa mère, elle grandit pendant 7 ans dans une secte fanatique religieuse, avant que le gourou ne se fasse embarquer par la police. Livrée à elle-même elle enchaîne différents milieux et l'apprentissage des codes sociaux dans l'espoir de se trouver une place. Toutes fréquentations est bonne à prendre, même les plus sombres. Pourvu qu'on y trouve un peu d'amour.

Ce qu'on en pense sur Cinapse

Love and Other Cults est un titre profondément étrange, il implique une histoire d'amour où aucune n'existe vraiment. Mais c'est cette mauvaise orientation particulière, et une douceur excentrique au cœur du film, qui le rendent unique et original. (...) Quelque chose dans Love and Other Cults nous rappelle Sion Sono, et pas seulement à cause de leur prolificité partagée et du croisement en termes de casting (plusieurs Les habitués de Sono font un tour ici, y compris Ami Tomite [ Tag , Antiporno ] et Denden [ Cold Fish , Tokyo Tribe ]). Il existe une émotion anarchique similaire et une vivacité résolument décalée qui caractérisent leurs deux œuvres. La vie de Ai de membre d'une secte est perversement interprétée comme la période la plus heureuse de sa vie, celle où elle est la plus acceptée et la plus en paix. Et le voyage pour trouver une sorte de remplacement pour le sens de la communauté la mène sur des chemins très sombres. (...) Mais ce sont ces nombreux virages qui font que Love and Other Cults mérite d'être regardé.

Lire la critique complète de VN Pryor sur Cinapse

Ce qu'on en pense sur The Hollywood Reporter

L'écrivain-réalisateur japonais indépendant Eiji Uchida revient sur le territoire des gangsters en herbe, des perdants modérés et des comportements peu recommandables qu'il a explorés dans Lowlife Love (qui a mis à l'honneur les industries japonaises à faible loyer du DVD et du porno) et Greatful Dead (avec ses délaissés , recherchant le personnage central). Dans Love and Other Cults, une comédie tout aussi sombre qui marie en quelque sorte les idées et les thèmes fondamentaux des deux. (...) Love and Other Cults contient une quantité incroyable de récits dans ses 95 minutes maigres. Parfois, cela peut sembler trop, mais Uchida jongle efficacement avec les différents arcs de ses personnages, faisant que chaque image et ligne de dialogue comptent. Une sensibilité pop-punk énergique maintient le film en mouvement à un rythme léger. (...) Une grande partie de ce qui fonctionne dans Love and Other Cults peut être attribuée à ses jeunes leaders forts et à l'odeur de véracité apportée par sa distribution de soutien de délinquants réels; le film serait basé sur une histoire vraie et tourné sous la surveillance de la police.

Lire la critique complète de Elizabeth Kerr sur The Hollywood Reporter

Ce qu'on en pense sur Letterboxd

Love and Other Cults est un film douloureux sur l'impact psychologique durable de l'abandon et le désir subséquent d'appartenir à tout prix. Cela m'a touché. Je regarderai davantage le travail d'Eiji Uchida à l'avenir à la recherche de ce sentiment familier. Un film émotionnel apparemment cruel mais profondément chaleureux! Sairi Ito est génial!

Lire la critique complète de Ashlea sur Letterboxd

Voir le film
Partager
Ajouter aux favoris ( bientôt ! )

WTF ?

  • Film japonais
  • Genre : Drame initiatique
  • Réalisé par : Eiji Uchida
  • Avec : Kenta Suga, Kaito Yoshimura, Sairi Itô
  • Durée : 1h35
  • Film en VOST

#kiss&cry

#dramakif

#bourpifs

#gangstermania

#no brain no pain

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Le passage à l'âge adulte
  • + les guerres de gangs
  • + la plongée sous-marine
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Les sectes
  • + les bastons
  • + les code sociaux bafoués

Avertissements

ViolenceSexDrug

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)