Betrayal
placeholder

Betrayal

Cocus pour le meilleur et pour le pire

placeholder

De quoi ça parle ?

Un homme et une femme découvrent que leurs conjoints respectifs couchent ensemble. Leurs vies se retrouvent bouleversées, avec toutes les questions morales que ça soulève. Mais le couple à ses raisons que la logique ignore.

Ce qu'on en pense sur Abus de ciné

Kirill Serebrennikov nous concocte avec "Betrayal" (la "trahison") un thriller hitchockien, décrivant les doutes qui envahissent la vie d’un homme, en proie à des sautes d’humeur légitimes, et dont la vie bien rangée ne pourra que basculer dans l’irrationnel. (...) Le scénario entretient alors le doute, embarquant le spectateur dans une spirale d’événements, qui lient cet homme et la médecin, jusque dans une probable folie. Les pistes sont multiples, les éconduits se rendant ensemble dans l’hôtel où les amants se rencontrent, et assistent, traumatisés, à une scène charnelle sur un balcon, et un événement crucial. La mise en scène de Kirill Serebrennikov se met alors au diapason de l'errance glacée et des obsessions de ces deux êtres, arborant cadrages sublimes, parcourant des lieux insolites et adoptant une photographie aux couleurs froides.

Lire la critique complète de Olivier Bachelard sur Abus de ciné

Ce qu'on en pense sur SensCritique

Une femme médecin apprend à l'un de ses patients que leurs conjoints sont amants. A partir de cette révélation, tout se détraque. Dans son troisième long-métrage, Serebrenikov nous plonge dans un récit polansko/lynchien, surtout dans sa dernière partie, aux frontières de la folie. La mise en scène est envoutante, avec une image gris/bleue, mais le scénario cessant d'être lisible, le film, qui réfute toute émotion, prend une distance de plus en plus glaciale.

Lire la critique complète de 6nezfil sur SensCritique

Ce qu'on en pense sur Outbuster

Ce film nous impacte et nous touche par sa portée universelle. En effet il est facile de porter un jugement extérieur sur la réaction logique à tenir dans une telle situation, mais l'œuvre soulève les dilemmes complexes et les sentiments contradictoires qui peuvent en naître. Nous rentrons en empathie avec les personnages, mesurant bien que plus rien n'est logique ou simple quand l'habitude, le confort, le quotidien, désir et sentiments forment un cocktail difficile à digérer. Passant par le déni, la colère, la tristesse, la déception, la résignation et l'hystérie en frôlant la folie. Pour arriver jusqu'au pardon et à la compréhension. Essentiellement découpé en plan-séquences, la mise en scène conserve ainsi toute une tension qui est palpable. Ce qui offre des scènes puissantes sans avoir besoin d'en faire des caisses ou de tomber dans le drama. L'émotion de ce film se cache dans les silences, les visages, les attitudes, les détails, ce qui rend le film cru de réalisme malgré une image très esthétique. Relevons une maîtrise de la lumière qui est juste sublime, un parti prix dans les couleurs (costumes, décors) et quelques cadrages originaux qui raviront les amateurs de beaux plans. Bretrayal fait vivre un vrai moment de cinéma.

Voir le film
Partager
Ajouter aux favoris ( bientôt ! )

WTF ?

  • Film russe
  • Genre : Drame surgelé
  • Réalisé par : Kirill Serebrennikov
  • Avec : Dedian Lilitch, Franziska Petri
  • Durée : 1h55
  • Film en VOST

#kiss&cry

#dramakif

#heartbeat

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + Les électrocardiogrammes
  • + Les chambres d'hôtel
  • + La vodka sous la pluie
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + Les statues de cerf
  • + Les amants
  • + Les poils dans le lavabo

Avertissements

Sex

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)